dimanche 24 septembre 2017

Le marché noir des idées attrape-tout

Par Lucien SA Oulahbib
Comment peut-on soutenir des factions, à gauche, n'ayant comme seule horizon au pis de nous faire revenir à 1793 au mieux de nous transformer en Venezuela version contemporaine ? Tandis que d'autres officines, à droite, rêvent au grand retour d'avant 1789 (qui a précisément amené à…1789) sans parler de toutes les autres écuries rouges/noires/brunes rêvant, elles, au Grand Soir sans autre forme de procès ?
Une analyse viable de ce qui permet actuellement la croissance de ces factions ne peut se satisfaire d'une découpe, intéressante cependant, façon Emmanuel Todd stipulant que la décomposition globale des sociétés issus de "la" mondialisation financiarisé articulée au vieillissement de la population rend bien plus difficile l'éclosion de révolutionnaires de plus de quarante ans, ce qui impliquerait qu'un tel phénomène ne puisse aller bien loin au-delà des esbroufes rhétoriques battant le pavé à défaut d'autre chose.
Sauf qu'en France autre chose se joue expliquant que ce soutien factieux peut tout de même déboucher sur quelque chose bégayant la Terreur, surtout si le bras armé provient de leurs enfants et petits-enfants désirant, eux, le déclassement (tel ces Bernanos, petits-fils, avides d'affrontements sans

jeudi 17 août 2017

L’hypocrisie de ladite lutte anti-raciste


Par Lucien SA Oulahbib
Nombre de clans tribus peuples ne veulent pas, plus, n'ont jamais voulu de métissage ni même de présence étrangère telles certaines tribus d'Amazonie, d'Afrique du Sud, le Japon refuse l'immigration, le FLN algérien a éradiqué officieusement tout non "arabe" sauf soumission à la loi basé sur le coran, l'Autorité palestinienne exige qu'aucun juif ne reste dans ledit futur État "palestinien", des groupes sunnites pakistanais exigent aucune présence chiite sur leur sol  etc etc…
Aucune critique pourtant venant de la gauche tiers-mondiste, pas une once. Mais un tombereau d'attaques s'abat sur les groupes de nationalistes de droite, ces temps-ci américains, lorsque ceux-ci réclament non pas la "suprématie" comme le KKK et les nazis mais veulent vivre séparément des gens de couleurs ou étrangers en constatant que le "multiculturalisme ne marche pas" (dixit aussi Merkel ou Cameron avant qu'ils ne mangent leur chapeau) ; une réponse également entendue ce matin (17 août) sur la BBC à une question posée par un vrai journaliste se demandant comment se fait-il qu'il y ait autant de jeunes parmi les défenseurs des statues du Général Lee, la question étant posée à un vrai spécialiste qui précisément relata son étude effectuée parmi eux :
ces jeunes blancs nationalistes, hors KKK et nazis s'entend, ne cherchent pas spécialement à s'imposer aux autres, à les éradiquer, ils veulent vivre entre-eux entre blancs, ethniquement parlant, mais sans exclure les autres minorités du moment qu'elles se sentent elles aussi françaises, au sein de la même culture en tout cas sans avoir sans cesse à justifier telle pratique. Tranquille. Ce que Cyrano rêve sur Riposte laïque par exemple…
Observons qu'il existe aussi une tendance plus endogène voire autarcique de l'entre-soi

lundi 14 août 2017

Charlottesville: l’intolérance de la gauchosphère américaine

Par Lucien SA Oulahbib
La gauche américaine est agaçante et pitoyable (ne parlons pas de son imitation européenne qui est bien pis encore) il est de plus en plus risible qu'elle veuille toujours donner le depuis les années 60 alors (que tous les groupes Rock qui ont compté sont anglais…) alors qu'elle s'est trompée à chaque fois sur le Vietnam, Cuba, aujourd'hui sur l'islam, hier sur le féminisme, l'homosexualité, et la nature de la démocratie occidentale bien plus proche de la dynamique des aléas de la Nature et de l'Histoire humaine qui ont vu depuis des lustres des espèces et des peuples (ré-)émerger lorsque d'autres disparaissent ou font tout pour…
Existe-t-il oui ou non tout d'abord un 1er Amendement qui permet la totale libre expression aux USA ? Voilà le premier point, juridique, politique, que l'on soit d'accord ou pas. La gauchosphère veut faire comme Maduro en réécrivant la Constitution américaine, en intimant Trump de dénoncer en fait ce 1er Amendement puisque les créatures gauchistes sont venus contre-manifester à Charlottesville jusqu'à vouloir empêcher la manifestation adverse qui cherchait surtout à défendre les statues du Général Lee menacées d'être détruites ou mises au musée puisque non conforme à l'Histoire que les gauchistes veulent

dimanche 13 août 2017

La "Génération perdue" Lucien SA Oulahbib 12/8/2017

Que veut cet attaquant venu de l'autre côté de la Méditerranée sinon surgir d'un vortex au temps inventé, anti-français, anti-occidental, anti-moderne, mais pas bien sûr anti-islam, anti-arabo-musulman, anti-Turc, non, ce temps là est au contraire fantasmé embelli y compris et sans doute surtout par leur progéniture en France Code civil à l'appui désormais ; un temps où il aurait été bon d'être de "souche"alors que là-bas, aussi, les arabo-musulmans sont des envahisseurs, comme en Israël, même s'ils se réclament (sur le tard) des Philistins ou de Jéricho (et pourquoi pas de la Samarie ?) ; sinon les Gaulois devraient également demander réparation à Rome et aux diverses tribus germaines dont les Francs, aux Sarrasins aussi ; et les Huns? Bienvenue en Absurdie.
Une récente enquête sanitaire notifiée par la BBC montre le désarroi d'une "génération perdue" (lost generation) à qui les gurus des années 60 et 70 ont raconté n'importe quoi

lundi 31 juillet 2017

La leçon du Venezuela ? Aucune.


Par Lucien SA Oulahbib 



À lire la prose paresseuse de la propagande des collabos français pro-Maduro, ce qui se passe de "mal" là-bas provient non seulement du "complot impérialiste", ce qui ne mange pas de pain, mais aussi et sans doute surtout de la présence toujours "forte" du "capitalisme" et donc des forces "bourgeoises" qui en vivent selon les doctes analyses ML (marxistes-léninistes) toujours en vigueur par exemple celles d'un certain "Jean Ortiz" (MCF à Pau).
Conclusion selon ce piètre sieur : il faut (yakafokon) bien plus de contrôle "populaire" (bien sûr) sur l'économie et la société d'où la Constituante qui permettra de transformer "pacifiquement" ce qui reste encore debout en une espèce de Cuba mâtiné de Zimbabwe ; et cela peut somme toute durer tant le peuple est tenu en laisse par l'assistanat, les classes moyennes en fuite ou en prison, l'élite militaire et financière que l'on peut acheter en coulisses nageant dans ses PPR (Petits Problèmes de Riches), rien de nouveau sous le soleil ; après tout le système soviétique a mis soixante dix ans à s'écrouler ; mais ce à cause, bien sûr (la propagande est sauve), de la "présence impérialiste" mondiale, uniquement, puisque comme l'avait théorisé Deleuze il faudrait que toute la planète devienne communiste pour que cela "fonctionne", le projet "insoumis-écolo-hulotien" y pourvoie, à petits feux, sous nos yeux, certes mais quèsaco exactement que ce "fonctionnement non capitaliste " ?
Prenons un exemple : quand tout va "bien" c'est que l'argent du pétrole, telle une planche à billets façon Weimar et Zimbabwe, coule à flots, permettant via les nationalisations et magasins d'État d'organiser l'achat et la vente de produits de plus en plus importés car plus personne n'a intérêt à produire à perte des marchandises par ailleurs déclassés face aux produits "impérialistes", et plus personne n'a intérêt à travailler puisque les traitements tombent de toute façon puisque l'argent n'est pas le souci ; sans compter les trafics en tout genre, à commencer par la drogue contrôlée dans les hautes sphères ; la preuve de ce déroulé ?
Le fait que lorsque l'argent du pétrole se met à manquer, les produits médicaux,

vendredi 21 juillet 2017

Ici Londres…


Par Lucien SA Oulahbib 
Ces quelques jours imprégnés de cette grandiose ville, mythique, elle aussi, tant elle marque encore l'histoire du monde, m'ont aidé à sentir (feeling) pourquoi l'éternel recommencement de la querelle des Anciens et des Modernes et de son alliage parfois s'avère salutaire : Big Ben n'est pas tant que cela coincé entre deux hautes tours tortillées de verre que l'on pourrait tout aussi bien voir à Shanghai, Hong-Kong, Dubaï, elle leur donne toujours le temps (is money).
Mais l'inverse n'est pas vrai. D'où le nombre, incalculable, de touristes venus littéralement du monde entier (en particulier ces japonaises habillées façon années 50) flux inaltérable qu'aucune attaque, même à l'acide, ne pourrait arrêter; autant dévier un méga tsunami avec une digue façon ligne Maginot ou frapper ces tours par des avions, Hilter, Ben Laden (sur NYK) s'y ont essayé, les tours émergent à nouveau à Ground Zero, plus belles. Ring my bell.
Lorsque Proust rouspète contre la Tour Eiffel, lorsque Paris refuse toujours de voir s'ériger de tels aliens en verre et acier, Paris perd peut-être la possibilité que pousse autre chose qu'un éclectisme redondant comme c'est le cas avec ladite pyramide du Louvre (elle-même bégayant l'Opéra Garnier ou le Sacré Coeur) parce que ces diverses copies empiètent formellement sur ce mixte néogothique qu'est le Louvre,  avec une complète structure du passé, cette pyramide démultipliée en trois, même parée de matériaux nouveaux, alors qu'une structure aux formes complexes tressées de verre et d'acier, aurait fait contraste, au lieu de s'y opposer lourdement,  ânonnant alors la formule bonapartiste sur la puissance du temps historique déjà cristallisé ("du haut de ces pyramides quarante siècles vous contemplent").
Idem pour les colonnes de Buren au Palais Royal qui, un ton en dessous certes, démultiplient, en en le jouant cyniquement, celles de Corinthe ; ne parlons pas

jeudi 20 juillet 2017

LA GRANDE ILLUSION Jupiter Miné

macronjupiter

« Cent dieux sont impuissants contre un seul Jupiter »

La Fontaine fable X du Livre XII L’écrevisse et sa fille

Comme pour Thomas Pesquet, le retour sur Terre d’Emmanuel Micron se fait dans la douleur. Finit l’ivresse de la douce apesanteur, dans laquelle baignait notre Président poupin depuis son élection, pourtant pas si triomphale, du 6 mai dernier. Afin de donner le change, le voilà qui se pousse du col et se donne des allures de Dieu. Et pas n’importe lequel : Jupiter, rien de moins. Cependant, choisir une référence à la mythologie romaine n’est pas sans risque quand on porte le nom du premier traitre de l’histoire impériale. La Roche Tarpéienne est toujours proche du Capitole comme le disaient les Tribuns.
Jupiter Chrysostome
293f9ade562920210e5cfa0454ec6dadTout auréolé de sa victoire sur l’Hydre de l’Erne : la bête immonde au ventre aussi fécond que l’inventivité d’un Inspecteur des Finances en matière de création de nouvelles taxes, notre nouveau Dieu s’est choisi Jupiter pour symboliser son ambition. Las, les choses ne sont jamais aussi simples qu’on les rêve ; les chemins de roses et les fleuves de miel peuvent soudain se transformer en ronciers et autres torrents de vinaigre.
Il faut dire que Jupiter n’est pas seul dans le Panthéon céleste. D’autres d